Schizophrénie et psychanalyse

Schizophrénie

La schizophrénie affecte en particulier le fonctionnement du cerveau. De ce fait, les spécialistes l’associent souvent avec la psychanalyse. Des points de vue paradigmatiques ont été évoqués par les analystes en vue de discerner ces deux sujets en liaison évidente. Cette théorie est surtout mise en avant par les chercheurs.

La psychanalyse de Freud : la paranoïa et la démence précoce

Selon Freud, on peut confronter le mécanisme de défense par transposition. Cet analyste évoque que la paranoïa peut bien présenter des symptômes de délire qui pourraient résulter de sentiments de reproches involontaires. Cela peut provenir de faits antérieurs refoulés. La personne se défend donc de l’environnement extérieur en effectuant des actions insensées. Vers l’année 1899, le concept d’autoérotisme qui est considéré comme le déclencheur de la paranoïa a fit apparition. Freud s’intéressait surtout à la partie dynamique défensive de cette théorie qu’à la maladie proprement lors de sa psychanalyse.

La psychanalyse de Freud pour traiter la schizophrénie

À l’année 1906, on a commencé à tenir compte de la psychanalyse de Freud dans le traitement de la schizophrénie. Ainsi, les théories freudiennes ont été introduites en psychiatrie kraepelinienne. On espérait de cette thérapie des résultats favorables de manière à faire évoluer la démence précoce chez un schizophrène. Il est, cependant, à noter que cette théorie est rattachée à la libido et à la régression à l’autoérotisme. Selon Freud, la perte de la fonction du réel se trouverait sexualisée. Cette psychanalyse a été soutenue par Abraham, mais pourtant opposée par Bleuler.

Traitement de la schizophrénie

Bien que plusieurs théoriciens et analystes émettent leur avis sur la méthode de traitement la plus appropriée à la schizophrénie, celle-ci demeure à vie chez une personne. Malgré cela, cette maladie qui touche la pensée et les émotions demandent un traitement neuroleptique à long terme. Outre les soins apportés par les médecins et les thérapeutes, les soutiens des proches et de la famille seront d’une grande aide pour le patient.