La schizophrénie à tendance suicidaire

tendance suicidaire

Environ 1% de la population mondiale est atteint de la schizophrénie. Malgré le fait que les sources de cette maladie psychiatrique restent encore méconnues, cette psychose amène plusieurs personnes à se suicider. La France fait partie des pays où l’on recense un grand nombre de personnes qui suicident par la suite d’une schizophrène.

Les risques suicidaires de la schizophrénie

Au début, le risque suicidaire peut se traduire comme un trouble psychique. Cela peut commencer par des états d’anxiété, de fatigue, d’irritation ou encore d’agressivité. Malgré que la personne souffre intérieurement, elle peut mettre fin à ses jours avec des médicaments ou d’autres moyens dangereux comme une arme à feu. Les troubles du comportement alimentaire peuvent aussi être considérés comme des débuts d’actes suicidaires. Les risques commencent à être de plus en plus sérieux lorsque la personne sombre dans le désespoir et la tristesse extrême.

Des actes préventifs

Pour se prémunir des risques suicidaires de la schizophrénie ou d’autres maladies mentales, le Ministère de la Santé a mis en place des actes de prévention. Ces derniers visent surtout à sensibiliser les parents et les adultes. Ainsi, les parents sont amenés à améliorer les compétences psychosociales vis-à-vis des adolescents et des enfants. Quant aux professionnels ou spécialistes en médecine, ils doivent prévenir la détresse psychique chez les personnes handicapées psychiquement.

D’autres maladies psychiatriques

Outre la schizophrénie, d’autre maladie psychiatrique peut entrainer des risques suicidaires chez une personne souffrant de problème psychiatrique. Ces risques sont associés à des cas pathologiques liés à plusieurs facteurs négatifs, dont la dépression, l’anxiété, le dédoublement de personnalité, l’abus d’alcool et la prise de drogue. Il est à noter que la consommation de cannabis est un facteur dangereux qui peut entrainer des actes suicidaires chez un schizophrène. Étant des symptômes graves de ce trouble mental, les actes suicidaires sont extrêmement des stades graves de cette psychose. Ainsi, il est nécessaire que le malade soit accompagné et contrôlé par un spécialiste. Ce cas là requiert, d’ailleurs, une hospitalisation soutenue.