Description de la schizophrénie affective

schizophrénie affective

La schizophrénie est une maladie mentale qui se caractérise par des instants de délires et de dépression. Elle affecte particulièrement les personnes entre l’âge de l’adolescence et d’adulte. Même si ses principales causes sont encore non fondées, cela peut provenir de facteurs génétiques, des stress excessifs ou encore d’expériences traumatisantes.

Le trouble schizo-affectif

Le trouble schizo-affectif est une maladie mentale caractérisée de symptômes de trouble bipolaire. Il amène la personne à vivre dans un état de dépression durant laquelle le malade fait face à une schizophrénie systémique. Quant à la schizophrénie dysthymique, elle touche surtout l’émotion et les fonctionnements cognitifs. Sa victime entend souvent des hallucinations auditives ou voient des choses inexistantes. Tout se joue dans son imagination. La schizophrénie dysthymique fait partie des troubles psychotiques.

Les symptômes de la schizophrénie affective

Associée à une schizophrénie systémique, le trouble schizo-affectif présente plusieurs symptômes, dont les plus rencontrés sont les suivants :

– Actes insensés ;

– Hallucinations ;

– Idées délirantes ;

– Dépression ;

– Désintéressement à la vie.

En effet, un schizophrène perçoit que certaines personnes de son entourage ne lui veulent que du mal. Cela entraine donc un comportement de replis et de désintéressement à la personne. En outre, le schizophrène peut éviter tout contact avec le monde extérieur. Quant la schizophrène affective se passe durant l’adolescence, certains parents croient que leur enfant traverse une crise d’adolescence. Malgré tout cela, il est recommandé de dépister la maladie à temps pour suivre un traitement efficace et de corriger ainsi les troubles. En suivant une thérapie efficace, un schizophrène peut vivre normalement au niveau de sa société.

Les causes de la schizophrénie

Les origines de la schizophrénie affective restent encore méconnues des chercheurs. Toutefois, ces derniers pensent que cette maladie mentale peut bien résulter de facteurs génétiques. Dès même le développement cervical d’un fœtus, le bébé est au grand risque d’atteindre la schizophrénie s’il a des parents de premier degré schizophrènes. Un accouchement difficile ou un vécu tragique de la mère au cours de la grossesse pourrait aussi entrainer une schizophrénie à l’enfant. Par ailleurs, des expériences traumatisantes ou une enfance triste peuvent être des causes de schizophrénie dans le futur.